Le secteur privé et la pollution plastique

par | Déc 15, 2021 | Actualités, Non classé, Presse

La réduction de la pollution plastique est un enjeu pour lequel les multinationales ont une attention grandissante. Si l’engagement du secteur privé reste un pilier majeur pour solutionner la crise du plastique, la diversité d’acteurs, de niveaux d’engagements et d’approches en fait un défi complexe.

Dans un article intitulé “Corporations and plastic pollution : Trends in reporting” et publié dans la revue Sustainable Futures en 2021, des chercheurs du Stockholm Resilience Centre et de la Duke University étudient les rapports de reporting des 200 plus grandes multinationales publiés entre 2010 et 2019, soit plus de 2300 rapports. L’objectif est de comprendre le degré d’importance – de “matérialité” – que les multinationales accordent au plastique, à l’économie circulaire et aux déchets, à travers l’analyse de leurs rapports d’activités. L’analyse démontre que ces questions sont devenues importantes au point que le nombre de rapports mentionnant la “pollution plastique” a augmenté de presque 20% entre 2016 et 2019. C’est surtout dans le reporting du secteur des biens de consommation que la question de la pollution plastique prend plus de place, en comparaison avec les secteurs du pétrole, de l’automobile et du gaz. Les chercheurs notent que cette tendance correspond aussi à une demande croissante des consommateurs pour la réduction des pollutions. En réalité, les différents niveaux d’engagement des multinationales selon les secteurs et les zones géographiques témoignent de la complexité de cette question.
Une analyse approfondie des rapports de 37 des 200 multinationales montre que l’engagement varie selon selon un certain nombre de facteurs. Par exemple, l’écart d’engagement se creuse entre les sociétés qui participent ou non à des “green clubs” déjà engagés sur les enjeux plastiques et les déchets (comme le Circular Economy Club de la Fondation Ellen MacArthur) ; la participation à ces clubs incite les multinationales à l’avant-gardisme et à la transition vers la réduction de la pollution plastique. Au contraire, le manque voire l’absence de normes pour les guider vers la réduction du plastique renforce les variations entre les différents niveaux d’engagement. Cette analyse approfondie révèle finalement que les multinationales portent une grande attention au recyclage plutôt qu’à l’ensemble du cycle de vie du plastique ; les enjeux sont en réalité plus larges et les auteurs en appellent ainsi à une approche systémique globale. Les auteurs appuient sur le besoin de vérifier que le reporting des multinationales recueille plus de données, notamment à travers des interviews, et intègrent bien les enjeux plastiques. L’article conclue sur l’importance d’examiner le rôle des “green clubs” et la nécessité d’engager les multinationales à l’origine de la production de plastique. 
Un exemple d’une des conséquences de la pollution plastique.
L’article permet de rappeler un certain nombre d’éléments en cohérence directe avec les activités de ConsultantSeas. Il évoque ainsi que le secteur privé est l’un des leviers d’action essentiels pour résoudre la pollution plastique en agissant, entre autres, sur la production, la conception des biens et des emballages, ainsi que sur leur gestion une fois devenus déchets. ConsultantSeas dédie une partie de ses missions à soutenir les entreprises dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de leur stratégie pour réduire leur impact plastique. Relever ces défis ne sera toutefois pas possible sans un réel effort multi-acteurs tout au long de la chaîne de valeur du plastique. C’est pourquoi nous travaillons aussi à la dynamique des “green clubs”. Nous sommes par exemple mandatés pour animer le Collège d’Entreprises BeMed qui aide les entreprises à aller collectivement plus loin que ne l’exige la législation et que ne le permet l’action individuelle. Au-delà de l’implication de tous les acteurs, la résolution du problème doit également prendre en compte tous les niveaux du cycle de vie du plastique pour engager un changement profond du paradigme dans lequel nous nous trouvons. Il convient enfin de suivre l’impact des actions mises en place ; ConsultantSeas accompagne ses clients dans le suivi et la mise en place d’outils de reporting sur le sujet.
Share This